Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Cavalcade de vieux films (Mars/1)

23514.jpg

Les croix de bois (Raymond Bernard, 1932)
"C'est plus une guerre, c'est un massacre." Une adaptation remarquable du roman de Dorgelès qui frappe par son réalisme tant dans le quotidien des tranchées que dans les combats. Le découpage et le montage sont d'une grande modernité, la clarté de l'exposition et des différents caractères tout aussi saisissants. Un classique indémodable de la guerre 14-18.

 

cover-aozora-musume-13357.jpg

Une jeune fille sous le ciel bleu (Aozora musume, Yasuzo Masumura, 1957)
Deuxième film de Masumura qui fait ses classes avec une comédie douce/amère frôlant parfois le roman photo. Ou comment une jeune femme élevée à la campagne découvre que sa véritable mère vit à Tokyo. Première rencontre du réalisateur avec sa future muse Ayako Wakao, sémillante, qui donne au film toute sa grâce.

 

mogli_pericolose.jpg

Femmes dangereuses (Mogli pericolose, Luigi Comencini, 1958)
Deux amies parient avec une troisième que son mari serait infidèle si l'occasion se présentait. Une comédie italienne classique, qui épingle la bourgeoisie naissante et la faiblesse des hommes. Le cinéma italien et Comencini, en particulier, ont fait mieux. Pas désagréable, cependant, pour la malice de l'étude de moeurs.

 

30031.jpg

Le président Haudecoeur (Jean Dréville, 1940)
Un procureur général de province, qui a tout d'une vieille ganache, s'attendrit au contact d'une jeune américaine. Film fort théâtral de Dréville, bien dosé en suave ironie, qui serait quasi boulevardier sans la stature et l'abattage du grand Harry Baur. Désuet, soit, mais plaisant dans un ton mineur.

 

Ehe_im_schatten.jpg

Mariage dans l'ombre (Ehe im Schatten, Kurt Maetzig, 1947)
Premier film allemand évoquant l'antisémitisme du régime nazi. Tourné en RDA, par son cinéaste le plus célèbre, Kurt Maetzig, dont c'était le premier long-métrage. Le film s'inspire d'une histoire vraie, celle de deux comédiens, dont une femme juive, acculés au suicide en 1941. Malgré quelques excès mélodramatiques, le film est très bien réalisé et fidèle au climat de peur et d'abomination de ces années là.



24/03/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres